C’est parfois dans les vieilles marmites qu’on fait les meilleures soupes. Il n’est pas question ici de nostalgie mais bien de stratégie. Il est intéressant de noter comment des éditeurs qui avaient misé sur le « tout au social » dans leur distribution reviennent aujourd’hui sur leur décision radicale et décident de réinvestir dans leur site web. Ces éditeurs se disaient que pour suivre les modes de consommation de l’information, il fallait aller où les paires d’yeux concentraient désormais leur attention: Facebook, Instagram, Snapchat, Youtube,… en abandonnant leurs propres canaux, devenus obsolètes. Mais l’histoire d’amour-haine entre Facebook et les éditeurs a vite tourné au vinaigre, comme nous l’avons récemment évoqué. Et la monétisation directe n’a jamais été vraiment à la hauteur des attentes sur Snapchat, Instagram ou Youtube, terrains de jeux réservés aux influenceurs. Même le très médiatisé « pivot vidéo » n’aura pas permis aux éditeurs de se réinventer sur Facebook, le réseau social étant au final le seul à véritablement tirer son épingle du jeu dans cette évolution des formats.

site web réseaux sociaux

On assiste donc à un pivot inattendu: le retour en force du site web, accompagné d’un ré-investissement dans son extension naturelle: la newsletter. Tout cela confirme la recommandation stratégique que nous avons formulée à maintes reprises: n’abandonnez jamais votre distribution à une tierce partie, contrôlez vos propres médias, pour garder la main sur la valorisation de vos actifs. Sans pour autant de ne pas profiter de la portée colossale des réseaux sociaux mais en cherchant à re-qualifier rapidement le trafic qu’ils génèrent, pour éviter de devoir constamment repasser à la caisse pour atteindre vos propres lecteurs.

invest in your newsletter

On pourrait ajouter aux arguments en faveur du bon vieux site web qu’à l’instar de l’email il s’appuye sur les protocoles open source de l’internet. À condition que vous ne vous adonniez pas à une activité ouvertement illégale (façon Silk Road & consorts), personne ne peut totalement bloquer l’accès à votre site web, sous le prétexte d’obscures conditions générales. Demandez à certains éditeurs d’applications mobiles comme Simon Dawlat (AppGratis) ce qu’ils pensent du droit de vie ou de mort exercé par l’AppStore d’Apple…

Que ce soit pour reprendre le contrôle sur votre distribution en vous préservant des sautes d’humeur de Mark Zuckerberg ou pour vous affranchir du droit de censure des appstores, miser sur le web est le meilleur conseil que l’on puisse vous donner en ce début d’année.

S’agissant de votre newsletter, n’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez la monétiser. Nous serons ravis de vous aider à transformer ce canal en source de revenus additionnels.

Optimisez les revenus

de votre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter,
qui vous aidera à optimiser la vôtre.

Merci. Vous recevrez prochainement notre première newsletter.