En règle générale, nous ne sommes pas du genre à défendre sur ce blog les sautes d’humeur éditoriales de Facebook. Vous pourriez donc vous attendre à ce que nous condamnions la décision de sévir contre les « influenceurs » monétisant le trafic organique de leurs pages FB. Et bien non, une fois n’est pas coutume, nous saluerons l’initiative de la firme de Menlo Park !

L’essor des pourvoyeurs de trafic discount généré via une myriade de pages Facebook de basse qualité a eu pour double effet pervers de polluer le feed du réseau social, pénalisant des éditeurs n’ayant pas recours à ces influenceurs bas de gamme, et de favoriser le développement d’une multitude d’éditeurs au contenu racoleur, adeptes du clickbait, dont le modèle dépend exclusivement de l’arbitrage entre un trafic pas cher et le gavage publicitaire.

influenceurs facebook

Les deux acteurs de l’équation, source de trafic subprime et éditeur au rabais, ont trop longtemps brigué une part considérable de l’attention des lecteurs. Nous ne pouvons donc que nous réjouir d’une mesure qui contribuera peut-être à leur disparition, au profit d’initiatives plus qualitatives.

Bien entendu les escrocs de l’influence se ré-inventeront. Ils migreront vers d’autres plateformes où le parrainage se monnaye sans le moindre « disclaimer » (on pense par exemple à Snapchat). Et les sites-poubelles trouveront sans doute d’autres pourvoyeurs de trafic au kilo.

Jouer le jeu de l’arbitrage permanent, c’est s’exposer à l’anxiété de devoir constamment réinventer son réseau de fournisseurs, sans parler de l’absence totale de valeur intrinsèque. Nous ne pouvons que conseiller aux éditeurs dignes de ce nom de développer leur audience par la promotion d’un contenu original de qualité et l’instauration d’une véritable connexion avec leur lectorat. C’est là que la newsletter, notre format favori, prend tout son sens. Elle permet de s’affranchir de tous les charlatans, qu’ils sévissent sur Facebook, Instagram, Snapchat ou dans les tréfonds du web (lire à ce propos notre article sur les sources de trafic).

On n’a rien sans rien, comme on dit. Mais le prix de la survie est souvent dans l’effort. Avis aux visionnaires.

Optimisez les revenus

de votre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter,
qui vous aidera à optimiser la vôtre.

Merci. Vous recevrez prochainement notre première newsletter.