Préférez-vous avoir le contrôle de vos actifs ou être à la merci de la plateforme d’autrui ?

La question peut paraître étrange, mais il est bon de se la poser à l’heure où l’oligopole des GAFAM exerce une pression croissante sur les éditeurs sans leur donner la moindre garantie quant à l’avenir du trafic et des revenus qu’ils peuvent espérer d’une collaboration accrue avec leurs plateformes.

facebook thumb down controle soumission

C’est du côté de Facebook que l’incertitude est la plus manifeste. En effet, à la différence du format AMP (Accelerated Mobile Pages) de Google qui laisse aux éditeurs le soin de l’hébergement et une certaine maîtrise du design, les Instant Articles de Menlo Park prennent le contrôle de la diffusion du contenu et de sa monétisation. Sans parler des mystères de l’algorithme du feed, qui fait et défait la popularité de nombreux éditeurs, tout en les invitant sournoisement à compenser par des investissements publicitaires l’inexorable baisse de leur portée organique. Toucher ses lecteurs sur Facebook est à ce prix, à répétition. Et l’arbitrage est le plus souvent à l’avantage de la plateforme. La firme au pouce levé a réussi l’exploit de faire payer les producteurs qui assurent le remplissage addictif de son flux d’informations.

Go web… and email.

L’alternative reste celle de l’open web. Les cassandres vous diront que le (mobile) web se meurt, que l’avenir est aux applications natives. C’est oublier que deux des applis natives les plus utilisées, le client email et le navigateur, ont pour objet l’affichage de contenus résolument web. Les applis de messagerie (Messenger, Whatsapp, WeChat,…) ont elles aussi un navigateur maison pour assurer en leurs murs l’affichage des contenus web. De nombreuses applis intègrent des web views, de plus en plus performantes.

email web controle ividence

En tant qu’éditeur, investir dans votre présence web et la décliner par email, c’est l’assurance de garder le contrôle sur la diffusion et la valorisation de vos actifs. Personne ne peut débrancher le WWW ou arrêter le flux de vos communications email (à moins que vous ne soyez un spammer invétéré, blacklisté par la terre entière). Facebook (ou toute autre tierce partie), par contre, peut en un clic vous relayer aux oubliettes de son feed ou vous déclarer média non grata. Des éditeurs de premier plan comme le New York Times, BuzzFeed, Quartz et bien d’autres considèrent aujourd’hui leur(s) newsletter(s) comme une plateforme à part entière, avec l’avantage d’une maîtrise absolue, tant sur le plan du contenu que de sa monétisation.

En tant qu’annonceur, l’email vous permet de toucher jusqu’à 5 milliards d’individus. Communiquer nativement au sein des newsletters d’éditeurs premium, comme le propose Ividence, vous donne accès anonymement pour votre ciblage aux données first-party dont disposent ces éditeurs, dans un rapport personnalisé avec chaque destinataire (c’est ce que nous appelons le people-based advertising) et en conformité avec les règles du RGPD.

Que vous soyez éditeur ou annonceur, la prochaine fois que vous boosterez un post sur Facebook ou que vous achèterez du clic dans une black box, en ruminant sur vos pertes de reach organique, pensez à l’alternative ouverte email – web et contactez-nous pour en discuter.

Suggestions

Optimisez les revenus

de votre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter,
qui vous aidera à optimiser la vôtre.

Merci. Vous recevrez prochainement notre première newsletter.