Je ne vous apprendrai rien en vous disant que nous sommes littéralement submergés par un flot incessant d’informations. Nous confions chaque jour nos coordonnées à de nouveaux interlocuteurs qui tentent tant bien que mal d’établir avec nous un dialogue commercial, à des fins de conquête ou de rétention. Si vous êtes éditeur, cela signifie que la probabilité que nous prêtions attention à votre prose s’amenuise de jour en jour, car notre temps n’est pas extensible. 

Il est donc impératif de vous distinguer pour ne pas finir aux oubliettes de la boîte de réception, dans les tréfonds de l’onglet « promotions ».

trash inbox attention de vos lecteurs

Un titre percutant pour un contenu qui le sera tout autant

Le succès passe d’abord par la qualité du titre de vos missives numériques. Il vous faut éviter la platitude de la réclame (xyz en promo), susciter une saine curiosité, sans sombrer dans la tromperie du clickbait, aux effets dévastateurs sur la confiance du lecteur.

La créativité – toujours au service de l’efficacité – sera votre meilleure alliée pour sortir la formulation qui fait mouche. N’ayez pas peur de l’originalité. Testez plusieurs versions sur divers échantillons de votre base d’abonnés avant d’ouvrir les vannes.

N’hésitez pas à jouer sur l’épuisement sensoriel de l’internaute pour habilement retourner la situation. Avec un titre du genre « Je sais que vous effacez la plupart de vos courriels mais celui-ci vaudra vraiment le détour. » Ou encore « S’il n’y avait qu’un seul message à lire aujourd’hui, ce serait celui-ci. » À condition bien entendu que la valeur du contenu confirme l’attrait de l’accroche.

Ventilez votre flux

S’agissant du contenu, veillez à bien le ventiler, en une série de blocs rythmés, correctement structurés (titre, image, courte description, lien vers votre site pour une info plus approfondie). L’étalon du flux est aujourd’hui Facebook, que la plupart de vos lecteurs consultent chaque jour pour un condensé hétéroclite de (fausses) news, de potins, de vidéos commentées et de gifs animés.

Certes, vous pouvez prendre le contre-pied complet de cette esthétique et opter pour une newsletter exclusivement textuelle (une poignée de médias et marketers semblent connaître un certain succès avec cette approche spartiate) mais un flux joliment illustré s’avèrera sans doute plus mainstream.

Sélectionnez correctement vos images, ne les choisissez pas juste pour les besoins du remplissage. Leur qualité et leur pertinence augmentera la satisfaction du lecteur et dès lors sa propension à consulter votre site pour plus d’informations.

Donnez pour recevoir

Abordez votre communication commerciale comme si vous développiez votre propre publicité native au sein de votre newsletter. Alternez informations désintéressées à haute valeur ajoutée (donner) et messages commerciaux (recevoir), dans un rapport favorisant les premières au bénéfice des seconds. Si vous souhaitez monétiser votre audience, veillez à choisir un partenaire (tip: ividence) qui assurera une intégration optimale des messages publicitaires dans votre layout, pour éviter de perdre de précieux lecteurs dans un élan fougueux de rentabilisation.

L’info dictera le rythme

En termes de fréquence, modérez vos ardeurs. Mieux vaut ne rien envoyer que vouloir communiquer dans le vide.  Car si l’argent peut acheter le temps d’autrui, aucune fortune ne permet (encore) de récupérer les heures que l’on gaspille. Même le plus insouciant des lecteurs aura au fond de lui l’intuition de la valeur de ses égards, qu’il ne pourra jamais multiplier à l’envi.

Souvenez-vous toujours que l’attention de vos lecteurs est un privilège, à ne pas gâcher.

attention de vos lecteurs ividence

PS: Merci pour le temps que vous venez de m’accorder. 

Optimisez les revenus

de votre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter,
qui vous aidera à optimiser la vôtre.

Merci. Vous recevrez prochainement notre première newsletter.